Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Les négociations entre les partis d'opposition de gauche, en vue des élections législatives du mois d'avril, ont pris une nouvelle tournure : le parti socialiste MSZP et la plate-forme PM-Egyutt2014 ont trouvé un accord mercredi et feront front commun contre la Fidesz du 1er ministre Orban.

C'est finalement sur des listes communes que le leader d'Egyutt2014, Gordon Bajnai, et le leader du parti socialiste, Attila Mesterhazy, se présenteront face à Fidesz, largement en tête dans les sondages d'intentions de vote. Bajnai a expliqué que la seule chance de l'opposition de remporter les élections, était de faire du scrutin un referendum sur la personne de Viktor Orban.

Les sondages ont rebattu les cartes à gauche. Avec une cote de popularité faible et en baisse, Gordon Bajnai a dû revoir sérieusement à la baisse ses ambitions d'être le leader de la gauche et n'a eu d'autre choix que de concéder au parti socialiste le choix du 1er ministre en cas de victoire. Il s'agirait vraisemblablement d'Attila Mesterhazy qui a eu la lourde tâche de reconstruire le parti après la déroute de 2010. Mais les jeux ne sont pas faits et le MSZP se réserve le droit de nommer une autre personne. Les sondages de popularité devraient avoir une influence sur leur choix.

Le retour de l'ennemi juré d'Orban ?

Le paria de la politique hongroise, l'ancien 1er ministre socialiste Ferenc Gyurcsany, semble être l'autre grand gagnant de ces négociations (en plus de Mesterhazy). MSZP et Egyutt2014 se sont mis d'accord pour tendre la main à son parti, la Coalition démocratique (DK). En vacances à l'étranger, Gyurcsany a immédiatement pris ses dispositions pour rentrer. On ne connait pas encore les termes des négociations qui vont débuter dès ce jeudi.

La nouvelle d'un possible retour en force de Gyurcsany a été accueillie fraîchement dans le camp Fidesz. Sitôt après cette annonce, le ministre de l'Intérieur Sandor Pintér a estimé que le moment était venu de déterrer l'affaire d'Öszöd, en déclassifiant le dossier compilé par les services secrets sur ce fameux discours dans lequel Gyurcsany avouait - à huis clos - avoir menti à la population pour se faire réélire.

A gauche aussi, tout le monde ne se réjouit pas du retour annoncé de Ferenc Gyurcsany. C'est notamment le cas de Péter Juhasz, leader du mouvement Milla, qui a annoncé son départ possible de Egyutt 2014. Plus généralement, pour beaucoup qui souhaitaient se débarrasser définitivement de Gyurcsany et mettre un terme à la polarisation politique entre lui et Orban, ce retour est vécu comme l'échec de la reconstitution d'une nouvelle gauche en Hongrie.

De son côté, le parti vert LMP - plus mal en point que jamais avec des après une nouvelle défection, celle du député Gabor Vago - a rejeté toute idée de coalition et entend continuer à combattre, seul, la gauche comme la droite.

> Eredeti cikk <

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó