Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

La Commission européenne a annoncé à la fin du mois de novembre l'ouverture d'une procédure d'infraction contre la Hongrie pour sa gestion des déchets dans le réservoir de boues rouges d'Almásfüzitő, dans le Nord du pays.

Dans la petite ville d'Almásfüzitő, au bord du Danube, 80 kilomètres en amont de Budapest, la société hongroise Tatai KORNYEZETVEDELMI Zrt. ( TKV ) a reçu des permis pendant plus de 20 ans pour traiter des déchets industriels de boue rouge issus de la production d'alumine.

Ce qu'elle a fait en recouvrant la boue rouge avec un mélange composé de centaines de milliers de tonnes de déchets dangereux : une mixture de plus de 160 différents types de déchets, y compris des déchets contenant des métaux lourds, dénonce la branche hongroise de Greenpeace.

La société a aussi échoué au cours de ces 20 années à recouvrir la totalité des 163 ha de boue rouge. L'expert de la gestion des déchets de Greenpeace-Hungary affirme qu'aucun processus de compostage réel n'a eu lieu dans le réservoir.

Inondations : Avec la crue du Danube, le spectre d’une nouvelle catastrophe environnementale en HongrieUn an après le spectre de la boue rouge demeure

Trois ans après la catastrophe industrielle d'Ajka qui a couté la vie a 10 personnes et pollué des dizaines d'hectares et des cours d'eau, la Hongrie n'en a toujours pas fini avec ses réservoirs de boue rouge.

A Almásfüzitő, sur le plus grand site de stockage de boue rouge du pays, le risque écologique est immense car ce réservoir - qui a présenté des signes de faiblesse notamment au moment de la grande crue de juin 2013 - est situé sur la rive du Danube, dans une zone protégée.

Il est évident qu'a long terme, les substances toxiques déposées se retrouveront dans l'environnement, dans les sous-sols et dans le Danube, estime Greenpeace. L'ONG explique avoir alerté les pouvoirs publics depuis 2011, sans aucun effet, avant de se tourner vers le Commission européenne en Janvier 2012.

"Toutes les activités de gestion des déchets doivent remplir la législation hongroise et européenne sur la protection de l'environnement et de la santé. Nous estimons que l'activité de TKV viole plusieurs lois. Son permis, délivré en 2010, porte gravement atteinte exigences juridiques hongroise et de l'UE (...). En outre, le permis ne se conforme pas aux exigences de la gestion des déchets dangereux. Nous estiéons que la décision de la Commission européenne sur l'infraction justifie nos préoccupations" ,

a déclaré Gergely Simon, expert de Greenpeace.

Le directeur de Greenpeace en Hongrie, Zsolt Szegfalvi, a pour sa part estimé que :

"Suite a cette procédure d'infraction, Greenpeace attend des autorités hongroises qu'elles suspendent les activités dangereuses dans le réservoir d'Almásfüzitő, afin que la Commission soit en mesure de clore la procédure."

Lien sur le site de la Commission Européenne

Source : communiqué de Greenpeace Hungary daté du 22 Novembre 2013.

> Eredeti cikk <

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó