Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Budapest a retrouvé son joyau : l’Académie Liszt a rouvert en grande pompe. Entre concurrence internationale avec Vienne et formation de nouveaux talents, la capitale hongroise compte donner à ce temple de la musique classique et folklorique une seconde jeunesse.

Par Hélène Bienvenu (Budapest). Article publié sur le site Myeurop jeudi 31 octobre.

On finissait par ne plus y croire, mais c'est fait: la façade de l’académie Liszt (Liszt Ferenc Academy) de Budapest s’est enfin débarrassée des échafaudages qui l’avaient fait disparaître du paysage urbain depuis trois ans.

Fondée en 1875 dans une Budapest alors en plein boom

La salle de concert de l’académie peut désormais reprendre ses marques sur la place Ferenc Liszt, adossée à la rue Király, porte d’entrée du bouillonnant quartier juif de la capitale hongroise. A l’intérieur, après plus de dix ans de travaux, c’est comme si chaque feuille d’or avait été méticuleusement redessinée, traduisant toute l’opulence de la Sécession hongroise. Ici Dionysos et Apollon s’invitent sur les murs, ornés de célèbres céramiques de Zsolnay.

Fondée par Ferenc (de son nom de baptême) Liszt en 1875, l’académie a vu le bâtiment qui l’abritera sortir de terre en 1907. Renommé en 1925, en l’honneur du maître qui n’en n’aura jamais franchi le seuil, l’institution tient une place de choix dans le cœur des Hongrois. "A l’époque, rappelle l’actuel recteur de l’académie, András Batta, tout ce petit monde était très jeune, les architectes, les compositeurs, les directeurs…". Budapest, co-capitale de l’empire austro-hongrois, était alors en plein boom.

Nul doute qu’une rénovation d’une telle ampleur (14 millions d’euros, financée à 90% par l’Union européenne) tombe à pic pour refaire vivre les années fastes, à l’heure où la morosité économique domine. L’équipe dirigeante de la Zeneakademia ("l’école de musique") y croit fort:

La Liszt Academy est une marque mondiale, nous jouons dans la cour des grands, lance Imre Stein, directeur de la communication de l’institution. Ce touche-à-tout écrivain et présentateur de télévision est passé par la case MUPA, le palais des Arts de Budapest, avant de rejoindre les rangs de l’académie.

Et à réputation mondiale, communication d’envergure. La campagne de communication a été jusqu’à s’afficher en grand format sur le tram qui longe le grand boulevard de la capitale. "Nous avons lancé un double nouveau logo, un nouveau site, une série de vidéos…", énumère M. Stein.

En compétition avec Vienne

Budapest reine du classique ? Bien souvent, musique classique évoque davantage la prestigieuse voisine, Vienne. Peut-être à tort, remarque Imre Stein, qui ne manque pas l'occasion de pointer les compétences marketing de la capitale autrichienne, concurrente, qui "a su asseoir sa réputation en étant capable de promouvoir tous ses spectacles, jusqu’aux concerts les plus médiocres". Budapest, en est-il sûr, n'a pas à rougir et la compétition ne lui fait pas peur :

Budapest compte plus d’une dizaine d’orchestres d’envergure permanents, c’est plus que Vienne ! Je ne peux parler que pour ma paroisse, et même si notre budget n’est qu’une fraction de ce qu’investissent les Viennois, je pense qu’en y mettant du nôtre, on peut tout à fait parvenir à donner le ton".

Le vivier ne manque pas, en tout cas. Les quelque 831 étudiants répartis dans douze filières de l’académie se donnent eux-mêmes en spectacle certains soirs: "l’académie de musique et la salle de concert font une, c’est une vrai rareté". L’école compte des prodiges à la pelle. Comme ce gamin de 14 ans, Gergely Devich, qui s’en donne à cœur joie sur son violoncelle, ce soir de gala.

> Eredeti cikk <

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó