Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

D’aucuns vont me trouver décidément mal intentionné et un peu trop „turlupiné” par le sujet. Mais je n’y puis rien: l’actualité hongroise nous alimente constamment de nouveaux petits „scoops” qui font que nous ne pouvons rester indifférents. Un grand merci, en tous les cas, à ceux qui, par leur fertile imagination, veillent à ne pas nous rendre la vie monotone.

Nous avions déjà eu, par exemple, cette affaire Safarov qu’il n’est plus besoin de rappeler, tant elle a défrayé la chronique. Mais voici que, l’affaire commençant à tomber dans l’oubli, une déclaration de l’ambassadeur de Hongrie à Bakou vient rejeter un peu d’huile sur le feu (en substance): „La Hongrie se félicite de développer ses relations, au demeurant excellentes, avec l’Azerbaïdjan, notamment au plan économique”. Alors que Viktor Orbán, à peine deux semaines plus tôt, s’était vigoureusement défendu de toute arrière-pensée intéressée derrière l’extradition (traduisez „la libération”) du criminel azeri, accueilli dans son pays comme un héros. Voilà qui plaira à la communauté arménienne...(1)

Atatürk, je n’y aurais vraiment pas pensé. Bravo!

Et, pour enfoncer davantage le clou, nous apprenons maintenant qu’une statue de Kémal Atatürk devrait être prochainement inaugurée à Budapest. Je n’ai personnellement rien contre Atatürk, fondateur de l’Etat laïc turc et qui donna le droit de vote aux femmes bien avant nous autres, Français. Mais il me semble qu’il ne fut pas spécialement tendre pour les Arméniens... Et puis, j’ai beau creuser, je ne vois vraiment pas les liens qui peuvent rattacher la Hongrie d’aujourd’hui au souvenir de ce personnage, si prestigieux soit-il, de l’histoire turque.

En tous les cas, un geste de plus qui ne manquera pas de réjouir les Arméniens, notamment leur communauté (3 000-4 000) qui vit en Hongrie... Nous avions déjà à Budapest une statue de Ronald Reagan, une place Elvis Presley et une autre du „Pape Jean-Paul II” supplantant la place de la „République”, mais...  Atatürk, je n’y aurais vraiment pas pensé. Bravo!

A peine passée la surprise de cette nouvelle, voilà qu’un nouveau fait divers, cette fois-ci dans la rubrique „people”, arrive à point pour nous divertir. Intronisation de deux vedettes du monde médiatique et du show business dans l’Ordre des Preux de Hongrie (Magyar vitézi rend). Un ordre qui avait été fondé en 1920 par le Régent Horthy pour anoblir les Hongrois qui se seraient distingués au service de la patrie dans des faits de guerre ou par tout autre acte héroïque. Un ordre qui tomba en désuétude après la guerre (j’ai failli écrire „à la Libération”, pardon!), mais fut plus ou  moins prolongé par la diaspora hongroise de l’Ouest. Et qui réapparut en 1993, organisant le retour au pays des cendres de l’amiral-régent.

Les deux „héros”: Zoltán Mága, un jeune violoniste tzigane, vedette de la scène (Théâtre de l’Opérette, Moulin rouge de Budapest) et András Bencsik, rédacteur en chef de l’hebdomadaire au titre trompeur Magyar Demokrata, ultra-conservateur et proche du pouvoir, qui organisa notamment une marche de soutien au Premier ministre pour contrecarrer un manifestation de l’opposition. Pour ce qui est des „faits héroïques”, bien malin qui pourra me dire de quoi il s’agit. Peu importe, après tout, si ça les amuse...

Sauf que...à regarder les images de la cérémonmie, qui s’est déroulée en grande pompe dans une église des environs de Budapest, j’en ai presque la nausée: visages fermés, personnages vêtus en hussards (vestes à brandebourg et toute la panoplie), figés au garde à vous, le sabre au clair (bref, ça ne rigole pas..), le tout devant un  portrait du régent Horthy. Sans vouloir railler: les pires mises en scène du Châtelet dans les années soixante ou grands spectacles du Lido ne sont rien à côté. Pour s’en convaincre, il suffira de jeter un oeil sur les illustrations qui accompagnent les articles parus à ce sujet. (2)

Et pour ne pas nous laisser en reste, voici que, sur demande du parti d’extrême droite Jobbik, le Parlement hongrois va examnier la proposition d’instaurer 2013 en année du Régent Horthy. Un peu comme une année Philippe Pétain en France... No comment. Pour le coup, il y a fort à penser que ce ne sera pas voté. Mais, qui sait, après tout? Au point où l’on en est...


(1) En 2004, un officier azéri avait sauvagement abattu à la hâche son collègue arménien dans son sommeil (à Budapest, lors d’un stage organisé par l’Otan). Condamné en Hongrie à perpétuité, il fut récemment remis par Viktor Orbán aux autorités de Bakou qui, comme on pouvait s’y attendre, le grâcièrent et le traitèrent en héros. Geste qui vient de relancer la tension entre Bakou et Erevan.

(2) http://index.hu/belfold/2012/09/22/maga_zoltan_horthy_miklos_viteze_lett/

 

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó