Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Invité par une amie chanteuse qui s’y produisait (*), je viens de „redécouvrir” le théâtre Erkel de Budapest. Théâtre dont, à vrai dire, je ne gardais pas un souvenir folichon, souvenir qui remonte au début des années 70... Pour le coup, je dois dire que j’ai été plutôt séduit.

A commencer par l’acoustique et la visibilité. Assis tout en haut, au fond de la salle, j’entendais parfaitenment le moindre son et jouissais d’une excellente vue sur l’ensemble de la scène. Seul reproche: la taille limitée des sur-titres hongrois: écran bien trop petit qui en rend la lecture fatigante. Voyez le Palais des Arts où le problème a été résolu par la multiplication des écrans.

Autre réserve: l’ameublement (sièges et tissus) un peu ringard-vieux jeu à mon goût, très dans le style socialiste des années 50. Mais je suppose que cela a été voulu pour respecter l’origine et la vocation  du théâtre édifié en pleine ère du communisme stalinien (1952) (**). Notamment par cette couleur marron qui n’a rien de particulièrement sexy. Légère déception aussi dans les petits détails: telle cette pauvre sonnette souffreteuse, grinçant comme une misérable crécelle enrouée pour nous annoncer la fin de l’entracte. Mais bon, ne pinaillons pas sur ces détails. Un bon point, par contre, pour cet immense et vaste foyer avec ses deux imposantes fresques très dans le style naїf,  mélange de Csontváry et du Douanier Rousseau, peintes avec un pinceau assez grossier, certes, mais qui n’en ont que plus de charme. (Dont je n’ai par contre pas saisi le sujet: SOS si un lecteur peut m’aider..)

Mais là n’est pas le principal. Ce que je contaste est que Budapest dispose désormais d’une troisième salle pour la représentation d’opéras. Car, outre le traditionnel opéra à l’italienne de l’avenue Andrássy si chéri des touristes, de nombreuses représenations sont égalememnt proposées au Palais des Arts (Müpa). Mais ici, au Erkel, à des prix enfin (!) accessibles au public hongrois. A titre de comparaison, une place de catégorie moyenne sur abonnement coûte 4 000 forints (14€ / fourchette: 600- 13 000 ) à Andrássy contre 1 300 forints (4,20 €/ fourchette: 350- 4 500) à Erkel. Quant au Palais des Arts, je viens de m’en prendre une à 3 500 forints (12€/ catégorie moyenne). En comparaison, les places à l’opéra Bastille coûtent 70€ en catégorie moyenne (avec une fourchette de 5 - sans visibilté - à 180€). Tarifs parisiens hors de pix (20 000 Ft) pour une bourse hongroise, mais, à y réfléchir, pas si démesurés en comparaison des pouvoirs d’achat... Ceci dit, lorsque François Mitterrand nous promettait un opéra „populaire”, cela me fait bien sourire a posteriori: un public parisien davantage constitué d’énarques que de banlieusards.

Au théâtre Erkel, par contre, j’ai enfin retrouvé ce public de Budapest que j’aime tant: des gens „normaux”, c’est-à-dire sans chichis, ni snobs, ni vulgaires, tout simplement venus pour le seul plaisir d’écouter de la bonne musique. Et...  pas de touristes ! Ouf! Pas de ces Français que je retrouve le matin à Széchényi et le soir avenue Andrássy. Qu’il n’y ait pas de malentendu: j’aime beaucoup mes compatriotes, surtout ceux qui chosissent de visiter Budapest. Mais j’en soupçonne beaucoup de venir plus pour la salle que pour les beaux yeux de Verdi ou de Mozart. Tout-à-fait normal et j’avoue être le premier à le leur conseiller. Mais, il est bien agréable aussi de se retrouver parfois „entre Hongrois” (si je puis dire ...), sans aucun autre souci que de partager ensemble une belle soirée pour écouter de la belle musique et applaudir de bon coeur des chanteurs, non des Pavarotti ou Callas, mais bien appréciés tout de même. Tel est le sentiment qui m’animait samedi soir en écoutant le pauvre Don Carlos faire la cour à ma charmante amie, la reine Elisabeth. 

Un regret: l’aspect extérieur du bâtiment que l’on aurait pu un peu arranger, .. sans parler de  ce pauvre parc atteint de calvitie qui le jouxte, sur cette pauvre place ex „de la République” re-baptisée en place „du pape Jean-Paul II”.  Mais là, c’est une autre histoire...

(Rendez-vous en octobre pour retrouver la si belle salle de l’Académie de musique restaurée. Nous trépignons d’impatience...)

---------------------------
(*): Don Carlos de Verdi, le 14 avril.   
(**): reconstruit, l’original  - qui date de 1912  - ayant été détruit pendant la Guerre (et offrait un extérieur autrement plus attrayant).

Savez-vous qui étaient les „Kiptchaks” ? A ma honte, j ´ avoue...
Louis-Philippe Dalembert kapta szerdán a Brive város által alapított...
Októberben és novemberben a következő filmeket nézheted, jelképes...
Magyarország és Franciaország egyaránt sikeres és gazdaságilag erős...
A Louvre gyűjteményének mintegy 250 ezer darabja költözik ki...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó