Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

A la décharge de mes amis Hongrois, ils me faut leur reconnaître la particularité de se sentir unis autour d’une même origine (du moins sur le principe) cimentée par une langue originale et unique, hermétique au reste du monde. De là un attachement très fort à leur spécificité, à leur "magyarité”, au-delà  même de leurs frontières.  Alors qu’il en va tout autrement pour nous autres Français, rassemblement de peuples tout aussi différents que latins, celtes, normands, germains, italiens, voire issus d’Afrique et d’Asie.

Un exemple: les rencontres inter-celtiques organisées chaque année en Bretagne (Lorient). Où participent des musiciens venus aussi bien de tous les coins de la Bretagne que d’Irlande, d’Écosse  et du Pays de Galles, ou encore des Asturies et de la Galice, voire d’Acadie. Une exemple pour moi  édifiant, modèle de la symbiose entre peuples partageant une même culture, certes, mais venus d’horizons très divers et n’en remettant pas pour autant en cause leur appartenance à des Etat différents.

Quand je vois les grands rassemblements hongrois, type pélerinage de Csíksomlyó en terre sicule (Roumanie), organisés par trains entiers pavoisés acheminés depuis Budapest, je reste rêveur (et c’est là un euphémisme). Tout le contraire: un hymne à une culture "nationale” unique , exclusive, forte et non exempte de relents nationalistes, pour ne pas dire irrédentistes. J’avoue que cela me met plutôt mal à l’aise.

La Hongrie, un pays au patrimoine culturel impressionnant et un peuple incontestablement doué en matière d’arts (et de littérature). Cela, nul ne saurait le remettre en cause. Il suffit, pour s’en convaincre, de relever quelques noms des principaux artistes résidant ou ayant résidé, par exemple en France (les musiciens Cziffra et Kozma (Cosma), le peintre Vasarely, le sculpteur Pierre Székely, les photographes Brassaï, Robert Capa et André Kertész pour n’en citer que quelques uns).

Des artistes qui (comme Pál Frenák que j’ai cité plus haut ou encore le pianiste András Schiff (9)) nous donnent l’exemple pour nous prouver qu’en définitive, l’art ne connaît pas de frontières, n’appartient à personne, sinon à nous tous, d’où que nous venions, qui que nous soyons, simples êtres humains tout bonnement dotés d’un cœur et d’une âme.

Un exemple, une leçon dont devraient s’inspirer bien des esprits qui m’entourent ici, encore trop enfermés, isolés, dans leur „monoculture; encouragée par une langue, certes originale et riche, mais de portée limitée; de plus en plus tournés vers un passé, certes qui n’est pas à renier, mais qui les empêche parfois de regarder l’avenir et de se tourner vers les autres.

Une très forte part de responsabilité en revient au langage officiel qui – c’est le moins que l’on puisse dire... – ne les pousse guère à s’ouvir au monde extérieur (cf. le préambule de la nouvelle contitution).

Mais, parti sur le thème de la musique et de son (utopique ou réel?) „message d’amour”,  me voici entraîné sur une dérive d’autant plus dangereuse et condamnable qu’elle est peut-être injuste et partiale. Si tel est le cas, je m’en excuse.  Mais la bonne intention (dont est pavé l’enfer qui m’accueillera) y était: faire passer le message d’une meilleure communication et d’une meilleure entente parmi les hommes d’horizons différents,  vaste tâche... pour laquelle l’art est le meilleur des soutiens. Un exemple: les concerts organisés par le chef israélien Daniel Barenboïm à la tête d’un orchestre regroupant musiciens israéliens et palestiniens.

Un exemple que beaucoup feraient bien de suivre...

_____________________________

(9) pour moi l’un des plus grands pianistes actuels, incomparable interprète de Schubert (mais je n’oublie pas Brendel..), Bach et Haydn. A fait l’objet de violentes attaques - grossièrement antisémites - de la part de proches du régime suite à des réserves qu’il avait osé formuler par la presse. S’est depuis juré de ne plus se produire ni remettre les pieds sur le sol hongrois...

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó