Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech


Chaque année, en regardant à la télévision le défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées, je me repose la même question: „Ne devrait-on pas supprimer tout ce cinéma un peu dépassé (et fort coûteux)?" Et chaque fois, j’ai vite fait de me raviser pour m’avouer en secret que, malgré tout, je serais parmi les premiers à le regretter.

Ce n’est pas que j’aie un goût pour les parades militaires, loin de là. Mais force est d’avouer que, depuis l’époque où – sortant à peine de nos conflits coloniaux – nous allions applaudir nos berets rouges et admirer nos chars AMX, les mentalités et le contexte ont bien changé.

Avec la suppression du contingent, l’armée est devenue une affaire de professionnels. Quant aux colonies, voilà maintenant plus d’un demi siècle qu’elles se sont affranchies de notre tutelle. Certes, nos soldats interviennent encore à l’étranger, notamment en Afrique où ils sont pratiquement constamment sur le terrain. Mais quoi qu’en disent de nombreux critiques, leur intervention se déroule généralement dans le cadre d’une mission de l’ONU, en tout état de cause plus dans le but d’enrayer un conflit local ou de protéger des populations que d’assurer une suprématie de la France. Certes, je ne nie pas que ces interventions puissent aussi reposer sur une arrière-pensée intéressée (intérêts économiques) mais nous sommes tout de même loin de ces guerres particulièrement âpres et peu glorieuses où la France était autrefois empêtrée (Indochine, Algérie).

Bref, le nationalisme bête et aveugle (pléonasme..) d’antan ne semble plus de mise, du moins pour la grande majorité d’entre nous. En témoigne cette mode d’associer chaque année à nos défilés des troupes étrangères. Une habitude particulièrement bienvenue qui a culminé en 2007 avec la participation des 26 autres pays membres de l’Union européenne et que l’on vient de retrouver cette année encore avec le défilé de militaires africains, allemands et croates. Initiative qui remonte à 1994 où fut invitée à défiler une unité allemande de l'Eurocorps, reprise en 1999 avec la participation d’un détachement de la Garde royale marocaine, ce qui nous valut d’ailleurs un fort beau spectacle.

« Spectacle ». Oui, c’est précisément ce que je ressens en voyant „évoluer” (plutôt que „défiler”) ces troupes sur les Champs. Bon, un spectacle qui, malgré l’impeccable précision de ses „numéros”, pourrait encore être amélioré et allégé. Mais un spectacle, avec même un côté pacifique et bon enfant. Rien à voir avec ces déploiements de force que nous observons, par exemple, sur la Place rouge de Moscou... A améliorer et surtout alléger: par exemple en réduisant sensiblement le défilé „motorisé” plutôt ennuyeux, bruyant et superflu (et coûteux) . Egalement en y apportant davantage de touche féminine. Je pense entre autres à ces choeurs d’hommes qui vous balancent dans les tympans une Marseillaise hyper virile (il faut dire que le texte s’y prête...) où un choeur mixte séduirait davatage. Et aussi en donnant à ces messsieurs la consigne de décongestionner un peu leur visage pour nous lancer furtivement au passage quelques petits sourires qui n’auraient rien de dégradant. Message que j’adresse en premier lieu à notre président Hollande, un peu trop crispé, lui que l’on a connu autrefois plus „cool”..

Mais bon, tout cela est bien subjectif et ne retire rien au réel plaisir que j’ai eu, que nous avons eu à suivre l’événement. „Nous”, c’est-à-dire mes amis hongrois et étrangers. Car j’ai le sentiment que notre Fête nationale a presque autant d’adeptes parmi les étrangers – sinon plus - qu’en France. Raison de plus pour la conserver telle quelle. Et puis voilà qui confirmerait que sa vieille teinte de nationalisme s’est en partie dissoute pour laisser la place à un symbole plus universel: celui de la Liberté et de cet idéal de Fraternité proclamées voici plus d’un siècle par nos ancêtres fondateurs de la République.

Sentiment renforcé lorsque je vis le concert et feu d’artifice donnés le soir au pied de la Tour Eiffel. Spectacle un peu trop grandiloquent à mon goût, mais bien sympathique, tout de même, au vu de cette immense foule de toutes origines réunie autour de ce feu de joie.

Bref, une fête à laquelle nous souhaitons longue vie, ainsi qu’à notre République, même s’il est vrai qu’elle a pris pas mal de coups et s’est couverte de quelques hématomes depuis le temps!...

Pour terminer, une pensée que j’emprunte à un homme politique français: „Alors que le patriote se consacre à l’amour des siens, le nationaliste, lui, ne fait que rejeter les autres (étrangers)”.

---------------

PS,. Petit mémo:

Le 14 juillet. C’est en 1880 que fut instauré le 14 Juillet comme fête nationale. Non pas pour commémorer la prise de la Bastille, mais pour célébrer l’anniversaire de la Fête de la Fédération du 14 Juillet 1790, dernier rassemblement pacifique avant les secousses de la Révolution (100 000 personnes étaient alors réunies sur le Champ de Mars, ce qui, pour l’époque, est énorme).

Par contre, le 14 juillet 1789 (que nous célébrons aujourd’hui) ne constitue pas vraiment un acte de gloire: occupation par 1000 Parisiens surexcités d’une vielle bâtisse, prison (de luxe) pour quelques délinquants égarés et surtout, réserve d’armes et de munitions. Le motif: panique créée par l’annonce (erronée) de troupes massées autour de Paris.

Plus conséquente me semble être la nuit du 4 aoùt qui vit l’abolition du régime féodal, et la Déclaration des Droits de l’Homme du 26 août.

La Marseillaise.

On ne reviendra pas ici sur son histoire, déjà largement commentée (chant de guerre destiné à l’Armée du Rhin en marche contre les Autrichiens et Prussiens, puis aux Volontaires du Midi - d’où son nom). Devenu hymne national seulement plus de 80 ans après sa création....

Un parallèlle troublant: .j’invite le lecteur mélomane à réécouter l’allegro initial du 25ème concerto pour piano en ut majeur K 503 de Mozart. Le même thème! Le concerto de Mozart a été composé 6 ans avant la Marseillaise.. Les thèmes sont si proches qu’à moins d’un curieux hasard, je me demande si notre ami Rouget de Lisle n’ est pas allé chaparder en douce l’idée à son feu confrère autrichien… On ne le saura jamais… Faites le test !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó