Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

56 ans après sa fondation (octobre 1957), la Galerie nationale hongroise constitue aujourd’hui l’un des plus beaux musées de Hongrie et probablement de toute l’Europe centrale. Ceci, non tant par la qualité et la richesse de sa collection que par son cadre. „L’un des plus beaux”, je veux dire par là l’un des plus agréables à visiter. Initialement hebergée place Kossuth face au Parlement dans les locaux de l’actuel musée ethnographique, c’est en octobre 1975 que la collection trouva son cadre définitif: dans les murs du Château de Buda.

Château dont l’intérieur avait été entièrement détruit lors du siège de Budapest en 1945 et qui fut  reconstruit „sur mesure” pour accueillir la collection. Une parfaite réussite, du moins à mon goût. Volumes spacieux, salles bien aérées, lumineuses et, surtout, offrant de merveilleuses vues sur le Danube et la ville de Pest en contre-bas au travers de larges baies vitrées. Le tout pavé d’une belle pierre aux teintes chaudes, étagé sur trois niveaux ouverts sur un vaste escalier (*), lui-mêne coiffé d’une grande coupole. 

Mais c’est en 1982 que le musée acquit vraiment  toute sa beauté avec l’ouverture de l’ancienne salle du trône destinée accueillir une collection de retables absolument unique. 

Contrairement à beaucoup de musées, déambuler dans les salles de la Galerie ne provoque aucune fatigue au visiteur, du moins telle est ma sensation. Un visiteur qui a tout loisir de s’asseoir sur de vastes banquettes tout en contemplant le panorama qui s’offre à son regard entre deux toiles impressionnistes. Dans un cadre clair, aéré et lumineux, qui n’a pas pris une seule ride sur ses bientôt 40 ans d’âge.

Un „cadre définitif”, ai-je écrit. Enfin, rectifions!... Je l’avais cru jusqu’à peu. Jusqu’à ce jour où nous avons appris que, sur décision du ministre de tutelle,  la collection va devoir quitter son site actuel pour se voir transférée (j’allais écrire „descendue”) à Pest. Décision prise, si je me rappelle, contre l’avis même du maire de Budapest, dans le cadre d’un vaste projet pour récupérer le Château et regrouper les musées dans un quartier qui leur serait dédié. Quartier „des musées” qui occuperait l’immense esplanade qui borde le Bois de la Ville. 

Je partage, certes, le souci des autorités d’aménager enfin cette horrible esplanade (Felvonulási tér) qui, immense parking de cars, enlaidit malencontreusement les abords du Bois. Mais est-ce une raison pour y loger des musées? Non. Ce n’est d’ailleurs pas pour cela que le projet fut lancé, mais plutôt, je crois, pour récupérer le Château.  Mais alors pour en faire quoi? Reconstituer les anciennes suites royales? Impensable. Car il faudrait alors commencer par détruire tout ce bel ensemble, ce qui serait déjà en soi une travail herculéen, puis rebâtir, décorer et meubler le tout? Un pure folie et je n’ose franchement y croire, surtout connaissant la taille gigantesque du bâtiment. (Projet dont nous avons pourtant eu de très sérieux échos). 

Et puis, pourquoi vouloir à tout prix regrouper les musées, alors qu’ils sont bien là où ils sont?  (**) (Serait également concerné le musée ethnographique dont les locaux abriteraient à nouveau la Curie - projet qui me choque nettement moins). Pour amasser touristes et cars dans un même endroit au lieu de les répartir en lieux et cadres différents ? Franchement, je suis sceptique....

Et puis, en cette période de restrictions budgétaires, est-ce vraiment là la première des priorités? Alors que rien, dans la configuration actuelle, ne semble gêner les visiteurs. Je serais curieux de connaître leur avis, par exemple par sondages... Je donne à parier qu’ils seraient eux-même surpris.

Bref, j’ose encore espérer que le projet sera abandonné, mais je crains d’être naїf... Mieux placées que moi pour en parler, des employées du musée avec qui je me suis récemment entretenu, m’ont affirmé, desespérées, que le processus a été lancé.

Dépêchons-nous donc d’aller admirer ces superbes collections dans ce beau cadre. Pour combien  de temps encore?  Je l’ignore... 

Une affaire à suivre (une de plus!!) (***).


(*): escalier au demeurant facile à parcourir (un ascenseur étant également ouvert au pubic)

(**): certes, le musée accuse un immense déficit et frôle, paraît-il, la faillite. Mais est-ce là LA solution pour le sauver? Après tout, peut-être... Mais surtout serait-il temps de revoir sa politique tarifaire (retraité, je paye mon entrée 600 forints, soit 2 euros). Peut-être pourrait-on aussi multiplier les expositions temporaires (bien  qu’un effort soit déjà entrepris).

(***): autres grands travaux dont l’urgence était absolument évidente (I’m joking..): construction et rénovation de stades de football et transformation de l’immense place Kossuth devant le Parlement...

Savez-vous qui étaient les „Kiptchaks” ? A ma honte, j ´ avoue...
Louis-Philippe Dalembert kapta szerdán a Brive város által alapított...
Októberben és novemberben a következő filmeket nézheted, jelképes...
Magyarország és Franciaország egyaránt sikeres és gazdaságilag erős...
A Louvre gyűjteményének mintegy 250 ezer darabja költözik ki...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó