Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres.... Remarque bien cynique qui ne manquera pas de choquer.

Et pourtant....  Promise à une carrière d’athlète, la belle Hongroise Erika Miklósa s’en vit empêchée dans sa jeunesse par un accident. C’est ainsi qu’elle se reconvertit vers le chant. Très égoїstement, j’y verrais presque un cadeau des dieux. Car, si j’ignore quelle championne elle eût été dans les stades, nous savons tous ce qu’elle est sur scène, c’est-à-dire une chanteuse de grande classe. L’ayant déjà appréciée dans d’autres répertoires (Rossini, Donizetti), je viens de la redécouvrir en Constance dans l’Enlèvement au Sérail: de tous points de vue éblouissante.  

A ses côtés une Blondine tout aussi convaincante en la personne d’Ingrid Kertesi. Deux voix (et physiques) différents, mais parfaitement complémentaires, toutes deux ayant en commun, outre leur charme incontestable, une virtusoité époustouflante, mais restant dans les limites du bon goût. Puissance (contrôlée) chez Erika M., légèreté (raffinée) chez Ingrid K., toutes deux collant à leur rôle comme s’il avait été conçu pour elles.  (Je ne sais ce qu’en fit Constance Mozart lors la création, mais je doute qu’elle fût aussi brillante...)

Pour leur donner la réplique, des hommes tout aussi convaincants en la personne de l’Autrichien Bernhard Berchtold (Belmonte) et du Hongrois Péter Blaczó (Pedrillo), placés sous l’oeil vigilant d’un Osmin peut-être pas assez méchant, incarné par la célèbre basse autrichienne Kurt Rydl (mais j’ai toujours pensé qu’au fond de lui-même, il n’aurait pas fait de mal à une mouche, notre cher Osmin: grande gueule, mais pas si redoutable qu’il ne veut paraître... Car, au fond,  Mozart pouvait tout, sauf..... mettre la méchanceté en musique...).

Et quels décors! Raffinement, légèreté... Le tout agrémenté par une chorégraphie de six charmantes odalisques séduisantes à souhait et souples comme des roseaux. Ah, que je les envie et les comprends nos chers sultans amoureux !

De plus, fait assez rare, la diction (en allemand) en était parfaite, m’évitant – pour une fois! - de recourir au texte pour suivre l’action. (Contrairement à une mémorable Carmen où, en dehors des mots „amour” et „bohême”,  je n’eus rien compris si je n’avais eu la chance de lire les sur-titres en hongrois...)

Bref, un beau spectacle. J’allais dire „à recommander”... si je ne venais malheureusement d’apprendre qu’ils ne vont plus le jouer cette saison. Dommage!

Un coup d’encensoir au passage à l’orchestre prestement emmené sous la baguette de l’excellent György Vashegyi. 

Mais en définitive, ce qui m’aura peut-être le plus réjoui, en tous les cas „surpris”: une bonne partie du public était extrêmement jeune (âge moyen 8-9 ans !) et apparemment fascinée par le spectacle. (Nous étions en matinée) Je crois y voir là une tradition propre à la Hongrie (ou peut-être à l’ensemble de la région?). En tous les cas j’aimerais bien retrouver un public semblable à Paris!

Savez-vous qui étaient les „Kiptchaks” ? A ma honte, j ´ avoue...
Louis-Philippe Dalembert kapta szerdán a Brive város által alapított...
Októberben és novemberben a következő filmeket nézheted, jelképes...
Magyarország és Franciaország egyaránt sikeres és gazdaságilag erős...
A Louvre gyűjteményének mintegy 250 ezer darabja költözik ki...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó