Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Egy francia Magyarországon - Pierre Waline blogja

Francia születésű, nyugdijas vagyok, Pesten élek. Szeretek itt élni, szeretem Magyarrszágot, a nyelvet, a kultúrát, de jó néha hazamenni Párizsba is. Szeretem a klasszikus zenét. Fontos számomra a kommunikáció, meg a harc az intolerancia és a rasszizmus ellen.

Bof....
Déteste par dessus tout l'intolérance, le nationalisme et le racisme, encore trop répandus...
Mindenek elött a nacionálzmus, az intolerancia és a racizmus ellen szeretnék küzdeni, amelyek sajnos tul gyakori jelenségek a mai világban...

Indíts Te is blogot a francianyelv.hu-n!


En faisant ce matin mes courses à Budapest, je suis tombé sur un immeuble arborant le drapeau sicule.

„Là haut ♪, sur la montagne ♫.... l’était un HLM..” (1)

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la France offre un espace montagneux nettement plus vaste que celui de la Suisse, avec  près de 50 000 km2 (contre 30 000 km2 en Suisse) si l’on s’en tient aux seules Alpes et Pyrénées. Et elle occupe même la pemière place en Europe (avec l’Italie) si l’on y ajoute le Massif central (sans compter le Jura et les Vosges) (2). Alors „cocorico” (3) ?   Que  non ! Car, s’il fallait opérer un classement des atteintes à l’environnement, je lui décernerais sans hésiter la médaille d’or...

Vu sa grande taille, je suppose que le général de Gaulle doit avoir bien du mal à se retourner dans sa tombe. Et pourtant, il y aurait de quoi. Un journaliste français vient de lui comparer Viktor Orbán, chef du gouvernement hongrois (*). Déjà, rien que par la taille,  la différence me semble énorme, mais je pense ici surtout à la taille „morale”. Un nain face à un géant....

Invité par une amie chanteuse qui s’y produisait (*), je viens de „redécouvrir” le théâtre Erkel de Budapest. Théâtre dont, à vrai dire, je ne gardais pas un souvenir folichon, souvenir qui remonte au début des années 70... Pour le coup, je dois dire que j’ai été plutôt séduit.

La Galerie nationale hongroise va devoir dégager...

56 ans après sa fondation (octobre 1957), la Galerie nationale hongroise constitue aujourd’hui l’un des plus beaux musées de Hongrie et probablement de toute l’Europe centrale. Ceci, non tant par la qualité et la richesse de sa collection que par son cadre. „L’un des plus beaux”, je veux dire par là l’un des plus agréables à visiter. Initialement hebergée place Kossuth face au Parlement dans les locaux de l’actuel musée ethnographique, c’est en octobre 1975 que la collection trouva son cadre définitif: dans les murs du Château de Buda.

Originaire de Transylvanie, le philosophe, écrivain et homme politique hongrois Gáspár-Miklós Tamás constitue l’une des figures les plus en vue de son pays, au point d’être connu de tous ses compatriotes sous les initiales TGM (*). Ancien député libéral, il s’est rapidement  orienté à gauche pour défendre des idées en partie inspirées de mouvements proches du marxisme (**). Malgré ses prises de position souvent radicales, il n’en demeure pas moins une personnalité incontestablement  respectée et écoutée dans les milieux de l’opposition démocratique hongroise.

Catholique, mais non pratiquant et plutôt indifférent depuis quelque temps aux affaires de l’Église (que Dieu me pardonne !), j’avoue avoir été hier soir fort ému en découvrant «notre» nouveau pape François. (« Notre », car qu’on le veuille ou non, son choix nous concerne tous, catholiques ou non, croyants ou athées.) Ses premiers gestes auront été placés, à l’instar de ce serviteur des pauvres que fut Saint François d’Assise dont il a choisi a choisi de porter le nom, sous le signe de la simplicité et de la ferveur.

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó