Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Pologne – « C’est par le cadavre de la Pologne blanche que passe la route pour mettre le feu au monde », écrivit Mikhaïl Toukhatchevski, commandant du Front occidental de l’Armée rouge, dans son ordre du 2 juillet 1920. En lançant la…

The post Août 1920 – Victoire polonaise sur l’Armée rouge à la Bataille de Varsovie first appeared on Visegrád Post.

Pologne – « C’est par le cadavre de la Pologne blanche que passe la route pour mettre le feu au monde », écrivit Mikhaïl Toukhatchevski, commandant du Front occidental de l’Armée rouge, dans son ordre du 2 juillet 1920. En lançant la grande offensive vers l’ouest après avoir forcé les troupes blanches du lieutenant-général Dénikine à se replier vers la Crimée et dans la foulée du recul des troupes polonaises et ukrainiennes qui avaient occupé Kiev et l’ouest de l’Ukraine en avril-mai 1920 dans le but de permettre la création d’un État ukrainien indépendant, la Russie soviétique pensait répandre sa révolution vers l’ouest : vers l’Allemagne vaincue par l’Entente, où des tentatives de révolution communiste éclataient çà et là, et vers l’Italie où, lors des « deux années rouges » de 1919-20, le nord était déjà sous la coupe de socialistes fascinés par la révolution bolchevique. Entre la Pologne et l’Italie, une Hongrie inutilement humiliée et dépecée par les pays de l’Entente avait déjà connu la république des conseils communiste de mars à juillet 2019.« Nous devons diriger toute notre attention au renforcement des Révolutions bolcheviques occidentales », écrivit Lénine dans un télégramme. Un Lénine qui était partisan d’une offensive contre la Pologne dès le printemps de l’année 1919, n’étant pas prêt à accepter l’occupation de Vilnius – ville de l’ancien Empire tsariste revendiquée comme capitale par les Lituaniens mais habitée majoritairement par des Polonais – par les forces du maréchal Piłsudski à partir d’avril 2019. De son côté, le chef de l’Armée rouge Trotsky annonçait la couleur dans L’Internationale Communiste, l’organe de presse du Parti communiste français, le 15 décembre 1919, en affirmant que quand les Bolcheviques en auraient fini avec Dénikine, ils lanceraient toutes les réserves de l’Armée rouge contre la Pologne renaissante.De fait, les affrontements sporadiques entre l’armée polonaise en cours de création et l’armée communiste russe avaient débuté en février 1919 lorsque des unités polonaises avaient stoppé la progression d’une Armée rouge en train de s’engouffrer dans le vide laissé par le retrait des forces allemandes de l’Ober Ost, l’ancien front de l’est.

Dans ce contexte, la Bataille de Varsovie des 13-25 août 1920 marqua la fin de l’offensive bolchevique et le début de la déroute de l’Armée rouge face à une Pologne en lutte pour son indépendance à la faveur de la défaite dans la Première guerre mondiale des trois empires – allemand, autrichien et surtout russe – qui s’étaient partagé la défunte République des deux nations polono-lituanienne à la fin du XVIIIe siècle. Lord d’Abernon, représentant britannique au sein de la mission de l’Entente en Pologne, qualifia plus tard dans ses écrits la Bataille de Varsovie de 18e bataille la plus décisive de l’histoire. Une fois de plus en effet, comme en 1683 lors de la Bataille de Vienne contre les Ottomans, les Polonais se dressaient en rempart de l’Occident contre les hordes venues d’Orient pour détruire la civilisation chrétienne.

Après cette grande victoire polonaise, on a parlé du Miracle de la Vistule, d’autant que les premiers succès majeurs de la contre-offensive dataient du 15 août, date de la fête de l’Assomption. Le 31 juillet, le cardinal Aleksander Kakowski, archevêque de Varsovie, appelait à la prière pour la défense de la patrie contre les bolcheviques. Du 6 au 15 août, une neuvaine nationale fut décrétée. Face à l’invasion, des processions furent organisées ainsi que d’autres actes liés à la foi catholique. Alors que les représentations diplomatiques furent évacuées le 13 août en direction de la ville de Poznan, située quelque 300 kilomètres plus à l’ouest, Mgr Achille Ratti, nonce apostolique en Pologne et futur pape Pie XI, décidait de rester pour faire face à ce qu’il voyait comme les hordes de l’Antéchrist. Le concept de « Miracle de la Vistule »  semble toutefois être venu des nationaux-démocrates de

Source: Visegrad Post

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Állásajánlatok
Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó