Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Article paru dans le Magyar Nemzet le 11 février 2021. En Italie comme ailleurs, la propagation de la mentalité matérialiste-relativiste semble…

The post Ceux qui s’opposent à la culture de la mort first appeared on Visegrád Post.

Article paru dans le Magyar Nemzet le 11 février 2021.

En Italie comme ailleurs, la propagation de la mentalité matérialiste-relativiste semble inexorable. L’union d’époux d’un même sexe a été rendue légale, le père et la mère sont devenus le « parent 1 » et le « parent 2 », et l’enseignement de l’idéologie du genre s’infiltre dans les écoles. Neurologue à Brescia, Massimo Gandolfini, chef de la confédération de familles Protégeons nos Enfants et président du groupe parlementaire multipartite Famille et Vie, se bat pour inverser la tendance.

– Dans la vie politique italienne, cela fait déjà des années que vous êtes une figure-clé de la lutte contre la « pensée unique ». De quand date cette mobilisation sociale que vous dirigez, et quelles sont ses valeurs ?

– Tout a commencé en 2015, lorsque le gouvernement de l’époque a proposé la légalisation du mariage des époux d’un même sexe. C’est une initiative qui, à l’état de plan, existait depuis 2007, mais au début, elle avait suscité une telle levée de boucliers dans la population que le gouvernement avait été obligé de la retirer. Huit ans plus tard, ils ont à nouveau essayé de faire reconnaître les couples homosexuels comme des familles de plein droit. Une telle approche se heurte à des difficultés de diverses natures ; la famille, en effet, conformément à la définition qu’en donne l’article 29 de la constitution de la République Italienne, est fondée sur le mariage naturel, c’est-à-dire contracté entre une femme et un homme. La famille naturelle se prête à la conception, à la reproduction de l’espèce, à assurer la pérennité d’une nation. Tout autre liaison, fondée exclusivement sur des sentiments, mais naturellement impropre à la conception d’une progéniture, ne peut être comparée ni de près, ni de loin, avec la famille traditionnelle. Telles sont les valeurs de base autour desquelles s’est formé un mouvement, qui, au fil des années, s’est transformé en une véritable communauté. Il a été rejoint non seulement par des familles et des organisations de la société civile, mais aussi par des membres de la hiérarchie cléricale, et par de nombreux groupes politiques. En 2015, sur la place Saint Jean de Latran, puis en 2016, au Cirque Maxime, nous avons organisé une manifestations nommée Jour de la famille, qui a rassemblé un million et demi de personnes. Le but de cette mobilisation de masse était de résister à une démagogie idéologique qui ne correspond ni à la tradition italienne, ni au système de valeurs et aux sentiments de la plupart des gens.

– Quels résultats cette mobilisation a-t-elle atteints ?

– Nous n’avons pas réussi à mettre fin à la pression exercée par une gauche devenue porte-étendard d’une vision du monde matérialiste et relativiste. Ainsi, nous n’avons hélas pas pu empêcher la légalisation du mariage d’époux de même sexe, mais il s’est formé un puissant mouvement de résistance citoyenne, capable d’action consciente et organisée en réponse aux attaques culturelles et politiques des idéologues. Quant à l’association de défense des familles nommée Jour de la Famille, elle est devenue un acteur politique majeur, un interlocuteur incontournable, notamment lorsque la dictature de la pensée unique pointe le bout de son nez. Le débat est très dur, l’adversaire – les idéologues matérialistes – disposant d’un pouvoir hors du commun. Mais nous, nous considérons la défense des valeurs traditionnelles comme notre vocation et notre devoir.

– Vous êtes le président du groupe parlementaire multipartite Famille et Vie. Comment fonctionne ce groupe, et qui en sont les membres ?

– L’un des fruits les plus précieux portés par notre initiative d’organiser ces Jours de la famille a été la création de ce groupe parlementaire, auquel députés et sénateurs ont pu adhérer librement. Ses statuts rédigés de ma main portent la signature de cent dix hommes politiques. Cet acte de fondation prévoit la reconnaissance et la défense de trois valeurs fondamentales : la protection de la vie depuis le moment de la conception jusqu’à celui de la mort naturelle ; la définition

Source: Visegrad Post

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó