Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Hongrie – Ce n’est pas une surprise, mais c’est désormais officiel. Mi-août 2020, les présidents de six partis d’opposition en Hongrie se sont entendus pour présenter des candidats uniques dans les 106 circonscriptions législatives en vue des prochaines élections de 2022. L’alliance…

The post Hongrie : l'opposition sera unie face à Orbán en 2022 first appeared on Visegrád Post.

Hongrie – Ce n’est pas une surprise, mais c’est désormais officiel. Mi-août 2020, les présidents de six partis d’opposition en Hongrie se sont entendus pour présenter des candidats uniques dans les 106 circonscriptions législatives en vue des prochaines élections de 2022. L’alliance mise en œuvre lors des élections locales d’octobre 2019 (mais aussi lors d’une élection législative partielle à Dunaújváros en février 2020) est donc renouvelée.

Conséquence immédiate : lors de la prochaine élection législative partielle qui aura lieu en octobre, c’est un candidat issu du Jobbik (László Bíró[1]) qui sera le candidat de l’opposition unifiée pour faire face à la candidate du Fidesz, Zsófia Koncz, la fille du député décédé dans un accident de la circulation.

image Visuel de campagne de László Bíró (source : page Facebook du candidat).

« Un contre un » (« Egy az egy ellen »)

Ces six partis représentés au Parlement hongrois qui seront alliés sont :

– le DK (Demokratikus Koalíció) de l’ancien Premier ministre (2004-2009) Ferenc Gyurcsány,

– Momentum, le jeune parti libéral, européiste et atlantiste allié notamment au parti d’Emmanuel Macron à Bruxelles

– le MSZP, le parti socialiste hongrois en déclin

– le parti écologiste LMP, lui aussi en perte de vitesse

– le petit parti écologiste de centre-gauche Párbeszéd Magyarországért (Parti du dialogue pour la Hongrie) dont est issu le maire de Budapest Gergely Karácsony

– le Jobbik, anciennement nationaliste radical, qui a entrepris un virage spectaculaire et s’est rapproché des autres partis d’opposition, et dispose désormais d’un nouveau président (Péter Jakab, interrogé récemment par le Visegrád Post) qui se consacre exclusivement à la tâche de rassembler les oppositions pour faire tomber Orbán.

Au-delà de ces 6 partis disposant d’une représentation parlementaire devraient en principe s’ajouter à la marge le parti satirique MKKP (Parti hongrois du chien à deux queues) et le petit parti MMM fondé par Péter Márki-Zay.

Les deux seuls autres partis d’opposition qui ne feront à coup sûr pas partie de cette coalition sont le parti nationaliste Mi Hazánk (qui est une scission du Jobbik après les législatives de 2018) et le désormais marginal parti communiste Munkáspárt.

Pour rappel, le mode de scrutin pour l’élection des 199 députés qui siègent à l’Assemblée nationale de Hongrie est mixte :

– 106 députés sont élus au scrutin uninominal de circonscription, à un seul tour (comme au Royaume-Uni)

– 93 députés sont élus au scrutin proportionnel de liste, avec un seuil de 5% à franchir pour l’obtention d’élus

Lors des élections législatives de 2014 et 2018, le Fidesz (avec son allié le KDNP) avait été nettement avantagé par le scrutin à un tour pour la partie uninominale de l’élection, puisqu’il représente un bloc qui pèse entre 45 et 50% selon les scrutins, et faisait face à des adversaires dispersés.

image Le résultat du scrutin de circonscription des élections législatives 2018 (source : Wikipedia / Furfur)

Le maire de Hódmezővásárhely, Péter Márki-Zay, s’est réjoui de cette annonce et a même prédit qu’avec une telle alliance, l’opposition pourrait même viser la majorité constitutionnelle des deux-tiers est ainsi intégralement déconstruire l’héritage orbánien mis en place depuis 2010.

Pour rappel, Péter Márki-Zay, interrogé dans les colonnes du Visegrád Post en avril 2018, avait été le premier à « bénéficier » de la stratégie d’alliance de l’opposition lors d’une élection municipale partielle en février 2018, et l’un des tous premiers à exprimer clairement son souhait d’une alliance et d’une gouvernance commune de tous les partis d’opposition face au Fidesz.

Le principe d’élections primaires dans chaque circonscription et en vue de la désignation d’un candidat commun au poste de Premier ministre a également été évoqué. Au-delà de cet accord de principe, quelques modalités resteront à voir :

– y aura-t-il une liste commune de l’opposition pour la partie proportionnelle du scrutin ?

Source: Visegrad Post

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó