Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech
Le 8 juillet, une visioconférence intitulée « L’Europe non censurée » (“Europe Uncensored”) s’est tenue, réunissant le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le président serbe Aleksandar Vučić, le premier ministre slovène Janez Janša et le député européen François-Xavier Bellamy. Voici la retranscription…

Le 8 juillet, une visioconférence intitulée « L’Europe non censurée » (“Europe Uncensored”) s’est tenue, réunissant le premier ministre hongrois Viktor Orbán, le président serbe Aleksandar Vučić, le premier ministre slovène Janez Janša et le député européen François-Xavier Bellamy. Voici la retranscription et traduction de l’intervention de Viktor Orbán :

 

Intervention de M. Viktor Orbán, premier ministre de Hongrie,
à la conférence internationale en ligne « L’Europe non censurée »

Budapest, le 8 juillet 2020

Permettez-moi d’abord de saluer mes amis, les premier ministre et président Janez et Aleksandar. Ce n’est pas à moi que revient le mérite de l’organisation de cette conférence, mais aux représentants de la Fondation pour une Hongrie citoyenne. Mon rôle s’est limité à trouver une compagnie de qualité, avec laquelle nous puissions débattre de l’avenir de l’Europe.

Aleksandar et Janez savent à l’évidence qu’ils bénéficient d’un immense respect ici en Hongrie. Nous voyons toujours en Janez le combattant anticommuniste le plus courageux de la politique européenne, qui revient toujours, qui lutte toujours, qui n’abandonne jamais et qui retrouve toujours son chemin. Nous lui en sommes très reconnaissants. Quant à Aleksandar, il sait très bien que les relations serbo-hongroises n’ont jamais été aussi bonnes que de nos jours. Nous voyons en vous le dirigeant qui a replacé la Serbie sur la carte politique de l’Europe. Ceux qui ont un minimum de connaissance des choses savent parfaitement que sans l’adhésion de la Serbie à l’Union la sécurité du continent ne peut pas être garantie. Et nous devons nous réjouir aujourd’hui que la Serbie possède un dirigeant qui est un bon partenaire dans l’élaboration de la structure de sécurité de l’Union européenne. C’est pour cela que j’ai pensé qu’il serait bon de passer cet après-midi ensemble. Soyez-en remerciés !

Je ne voudrais pas cacher non plus le grand honneur que je ressens de pouvoir m’exprimer devant d’excellents patriotes. Tous les trois, nous avons consacré beaucoup d’énergie pour obtenir la liberté et l’indépendance de nos nations. C’est pourquoi nous formons le club très particulier des combattants de la liberté et du fer de lance de l’indépendance nationale. Je vous salue à nouveau bien chaleureusement. N’oublions pas non plus que nous ne rencontrons pas beaucoup, par les temps qui courent, d’individus dotés de ce passé sur la scène politique européenne. Si nous observons les responsables politiques actifs en Europe aujourd’hui, nous n’en voyons que très peu qui aient pris une part active à la formation de l’histoire de notre continent au moment de l’effondrement de l’Union soviétique. Nous en sommes. Le seul responsable politique d’Europe occidentale qui se soit associé de manière déterminante à ce processus est Madame la chancelière Angela Merkel, qui est sur le départ. J’ajoute entre parenthèses que j’ai essayé de la dissuader de se retirer, mais sans succès… Si donc nous regardons de ce point de vue la politique européenne, peu nombreux sont ceux qui bénéficient de notre expérience. Nous autres, vieux combattants de la liberté de l’Europe de l’Est, sommes toujours actifs en politique et il est donc bon que nous échangions nos expériences et nos idées sur l’avenir de l’Europe.

Parler de l’Europe en vingt minutes est mission pratiquement impossible. Je vais donc suivre votre recette, et me limiterai à quelques remarques sur un certain nombre de thèmes. Je voudrais commencer par dire quelques mots du contexte dans lequel je parle de l’Europe. Le premier élément du contexte de l’instant que nous vivons en Europe est le fait que l’Europe est en recul. La performance de l’Europe est moins bonne qu’il y a trente ans. Voyons seulement quelques faits, car ici ce n’est pas une affaire d’opinion, mais de faits. Le taux de reproduction dans l’Union européenne était de 1,8 en 1990, il est tombé à 1,5 en 2018. Cela veut dire que l’Europe décline du point de vue démographique. Le nombre annuel des mariages

Source: Visegrad Post

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Állásajánlatok
Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó