Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech
Le 17 mai 1395, la reine de Hongrie, Marie d’Anjou, mourrait dans les bois près de Buda à la suite d’une chute de cheval ayant provoqué une fausse couche alors qu’elle s’y était aventurée sans la moindre escorte. Ainsi s’achevait à 24…

Le 17 mai 1395, la reine de Hongrie, Marie d’Anjou, mourrait dans les bois près de Buda à la suite d’une chute de cheval ayant provoqué une fausse couche alors qu’elle s’y était aventurée sans la moindre escorte. Ainsi s’achevait à 24 ans la vie d’une souveraine dont le destin fut tragique à tout point de vue.

Fille de Louis 1er de Hongrie 

Née en 1371, Marie était la seconde fille de Louis 1er, roi de Hongrie (1342-1382) et de Pologne (1370-1382) – de la dynastie d’Anjou-Sicile, une lignée cadette des Capétiens –, et d’Élisabeth de Bosnie (fille du ban de Bosnie Étienne II Kotromanić). Comme il fut privé de descendance mâle, Louis 1er s’évertua à légitimer sa succession par ses filles – Catherine, Marie et Hedwige – au sein de son royaume qui regroupant la Hongrie, la Croatie, la Valachie et la Pologne, s’étendait alors de la Baltique à l’Adriatique et même jusqu’au Sud de l’Italie. C’est ainsi qu’il fiança sa fille aînée Catherine (Katalin) avec Louis de Valois, duc d’Orléans et fils du roi de France Charles V, dit le Sage, et Marie avec Sigismond de Luxembourg, fils de Charles IV, empereur d’Allemagne, roi de Bohême et d’Italie. Le contrat de mariage entre Sigismond (sept ans) et Marie (quatre ans) fut signé à Brno en Moravie le 14 avril 1375.

Fiancée à Sigismond de Luxembourg 

Trois ans plus tard la sœur aînée de Marie, Catherine, mourut en mai 1378 et Louis 1er reconfirma en juin 1379 à Zólyom (Zvolen) avec le frère aîné de Sigismond, Venceslas de Luxembourg, roi d’Allemagne et de Bohême, l’alliance précédemment conclu avec son père entre-temps décédé. Cependant, de nombreux membres de la noblesse polonaise voyaient cette alliance d’un mauvais œil à cause de l’origine allemande de Sigismond, c’est pourquoi Louis 1er réunit en août 1379 les magnats et prélats polonais à Cassovie (Košice) afin de leur ordonner de reconnaître les droits de Marie sur le trône de Pologne, une exigence que ceux-ci n’acceptèrent que sous la contrainte, Louis 1er les ayant pratiquement retenus prisonniers dans la ville jusqu’à ce qu’ils s’inclinent. Le mois suivant, les fiançailles de Marie et Sigismond furent célébrées en grande pompe à Nagyszombat (Trnava) et Sigismond fut désormais élevé à la cour de Hongrie.

Couronnée « roi » de Hongrie à Székesfehérvár 

Lorsque Louis 1er mourut le 10 septembre 1382, les Hongrois reconnurent immédiatement cette jeune fille d’à peine onze ans comme leur légitime souveraine et l’archevêque d’Esztergom, le cardinal Dömötör, la couronna une semaine plus tard comme « roi de Hongrie » (rex Hungariae) en la cathédrale de Székesfehérvár où étaient traditionnellement intronisés les souverains du pays. Son fiancé Sigismond était absent de cette cérémonie ce qui laisse à penser que la mère de Marie, la régente Élisabeth, voulait empêcher le couronnement de ce dernier.

Prétentions de Charles de Durazzo

Tandis qu’Élisabeth prit le cardinal Dömötör et le palatin Miklós Garai comme proches conseillers, de nombreux barons du royaume commencèrent à douter du bien fondé d’être gouvernés au nom d’une reine et à considérer Charles de Durazzo, comme un plus légitime successeur à Louis 1er. Par ailleurs, la noblesse polonaise exigea à plusieurs reprises en novembre et décembre 1382 que leur future souveraine – que ce soit Marie ou sa sœur cadette Hedwige – s’installât de manière permanente en Pologne avec son époux. Finalement, des émissaires d’Élisabeth délièrent les magnats polonais de leur allégeance à Marie et proclamèrent qu’Hedwige se rendrait en Pologne pour en être la souveraine.

Révolte en Dalmatie 

Au printemps 1383, le prieur de Vrana (en Dalmatie), Ivan Paližna, se souleva contre la régence d’Élisabeth qui fit assiéger Vrana qui se rendit en novembre de la même année tandis qu’Ivan Paližna devait s’enfuir en Bosnie voisine. Dans le but de renforcer la position de Marie face aux prétentions de Charles de Durazzo, la régente Élisabeth engagea des négociations avec la France tendant à substituer Marie à sa défunte sœur aînée Catherine comme future épouse de Louis d’Orléans.

La grogne des

Source: Visegrad Post

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Állásajánlatok
Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó