Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Moldavie – Le 30 août 2020, les citoyens du Monténégro ont eu l’honneur d’être les premiers européens à faire tomber un gouvernement covidien. Généralement attribuée à l’opposition farouche des églises orthodoxes et à des affaires de corruption, la défaite des « socialistes…

Précédé par les violents épisodes de la fronde du peuple serbe contre les appétits covido-dictatoriaux de son président Aleksandar Vučić, ce dénouement monténégrin est maintenant suivi d’un épisode moldave.

À encore deux semaines du second tour des présidentielles moldaves, il est bien sûr trop tôt pour en tirer des leçons définitives. Mais le premier tour, célébré hier, dimanche 1er novembre 2020, a d’ores et déjà confirmé un résultat prévisible : une participation historiquement basse. Et, compte tenu du retard de 3 points du président sortant sur son adversaire sélectionné pour le second tour, il est clair que la démobilisation a surtout frappé les rangs des partisans d’Igor Dodon. Contrastant fortement avec la participation élevée des présidentielles de 2016 (les premières de l’histoire démocratique moldave qui aient été tenues au suffrage universel direct), cette désertion de l’électorat montre donc avant tout une perte de popularité dramatique du président sortant Igor Dodon, pourtant élu il y a quatre ans par la plus large des majorités électorales de l’histoire démocratique moldave. Et ce, alors même qu’il venait, en 2019, de se débarrasser de son principal concurrent, l’oligarque populiste de droite Vlad Plahotniuc, qui jouissait de sympathies diplomatiques à Washington comme à Bucarest.

Dodon, dont j’avais alors salué l’intelligence stratégique, n’a hélas pas confirmé cette observation en 2020. À l’exemple des deux puissances dont il est le plus proche (Moscou et Berlin), il s’est, au printemps, jeté corps et âme dans le show covidien, imposant à la Moldavie une dictature pseudo-sanitaire particulièrement dure (suivant le modèle roumain). Ce qu’il semble avoir oublié, c’est que, comparée, non seulement à l’Allemagne ou à la Russie, mais même à son voisin roumain, la Moldavie est un pays bien trop pauvre pour pouvoir se permettre pendant plus de quelques semaines le suicide collectif du « confinement ».

Le second tour des élections l’opposera à Maia Sandu, candidate libérale mondialiste formée à la Banque mondiale. Inutile de préciser que cette dernière n’enfreint pas davantage le tabou covidien, et que, comme dans tout le reste de l’Europe médiane, les Moldaves auront donc à choisir à la mi-novembre entre deux variantes de la même politique mondialiste oligarchique à tendance dictatoriale, que ne distingue entre elles qu’un mince vernis rhétorique – d’où, à mon avis, cette participation exceptionnellement faible. Cette divergence d’opérette, comme en Pologne et en Hongrie, tournera principalement autour de l’attitude (avant tout rhétorique) des uns et des autres vis-à-vis de l’épouvantail LGBT. Igor Dodon est connu pour des prises de position favorables à la « famille traditionnelle » – lesquelles ont pour l’instant débouché principalement sur l’organisation de quelques kermesses. Tandis que Maia Sandu, communément accusée de lesbianisme par ses détracteurs, a dû, dans l’optique de la campagne présidentielle, faire taire les mauvaises langues pour recentrer son image. Le score d’hier soir suggère que beaucoup de moldaves ne souscrivent plus à cette comédie –d’autant moins qu’ils ont précédemment vu ce même tandem pseudo-dichotomique Dodon-Sandu s’entendre comme larrons en foire lorsqu’ils ont brièvement

Moldavie – Le 30 août 2020, les citoyens du Monténégro ont eu l’honneur d’être les premiers européens à faire tomber un gouvernement covidien. Généralement attribuée à l’opposition farouche des églises orthodoxes et à des affaires de corruption, la défaite des « socialistes » monténégrins a pourtant eu lieu face à une opposition politique extrêmement divisée (comme l’est, par exemple, l’opposition hongroise) ; même si cette opposition ne semble pas avoir eu le courage de remettre en cause la narration covidienne, le moins qu’on puisse dire, c’est que l’exploitation policière opportuniste du « danger viral » par les autorités monténégrines n’a pas vraiment porté chance à Milo Đukanović.

Source: Visegrad Post

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Állásajánlatok
Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó