Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Article paru dans le Magyar Nemzet le 28 février 2021. Pendant que les libéraux – soit dûment rétribués, soit tout simplement…

The post Un néocommunisme made in Davos first appeared on Visegrád Post.

Article paru dans le Magyar Nemzet le 28 février 2021.

Pendant que les libéraux – soit dûment rétribués, soit tout simplement idiots, ne comprenant rien à rien – continuent désespérément à essayer de faire croire au grand public qu’il n’existe pas d’État profond ou de pouvoir occulte, en 2020, un pouvoir occulte en chair et en os, changeant de stratégie, a décidé d’entrer en pleine lumière, au vu et au su de l’opinion mondiale.

Klaus Schwab, fondateur et président du Forum Économique Mondial (World Economic Forum – WEF), lors du sommet de Davos de mai 2020, a, de concert avec le Prince Charles, proclamé la Grande Réinitialisation (le Great Reset), qui n’est ni plus, ni moins que la restructuration, sur de nouvelles bases, des règles de fonctionnement du monde. À les en croire, dans sa forme actuelle, le capitalisme ne contribue pas au bien-être de l’humanité, ce qui fait que nous avons besoin de la création d’un nouveau capitalisme, capable de défendre l’environnement et de réduire les inégalités sociales.

Le Great Reset est censé, à l’ère post-pandémique, établir un nouvel ordre mondial, garantissant la cohésion politique, idéologique et économique d’un monde exempt d’États-nations. Ce qui, de prime abord, transpire de leurs déclarations, c’est que les plans de Schwab et de sa bande nous ramènent en force le communisme mondial rêvé par Marx et Engels, sous la domination d’une sorte de gouvernance mondiale transnationale. (Un communisme que même eux n’osent plus nommer « dictature du prolétariat », tant il est vrai qu’il est difficile de décrire comme des prolétaires les membres de cette élite mondiale – allant, disons, de la famille Rothschild à Bill Gates ; en revanche, à condition de remplacer le mot « prolétaire » par le mot « élitaire », en conservant « dictature », on est déjà très proche de l’essence du projet.)

Le pouvoir occulte a donc décidé d’annoncer la couleur, devenant ainsi pouvoir visible. Tout ce qui était jusqu’à présent qualifié de délire paranoïaque par les coryphées de la presse de grand chemin chargée de nous rééduquer à l’usage des langues politiquement correctes, tout cela est désormais visible au premier plan, lisible et écoutable dans la formulation de ces messieurs eux-mêmes, de ces très grands hommes à très grandes ambitions. Les coryphées, bien entendu, continueront à nous expliquer bruyamment que les propos de Schwab et de sa bande sont l’émanation du summum de la bonne volonté philanthropique, mais le simple fait que lesdits coryphées sont tous matériellement liés au réseau de la Grande Réinitialisation devrait suffire à convaincre quiconque de n’accorder aucune attention à leurs mantras.

On fera bien mieux de concentrer son attention sur la signification véritable des réflexions de Klaus Schwab – telles qu’il les poursuit en permanence dans des entretiens publiés depuis lors – sur ce nouvel ordre mondial « transhumain » qu’il nous fixe comme objectif.

Établissons d’emblée un point qui ne fait plus aucun doute : l’élite mondiale s’est fixé pour but primordial la disparition des nations et des États-nations, et la création d’une gouvernance mondiale constituant un ample système régentant tous les aspects de l’existence, et dans le cadre de laquelle – à les en croire, tout du moins – il deviendra possible de régler, ou du moins de gérer, de grands problèmes mondiaux comme les inégalités sociales, le changement climatique, la croissance non-soutenable, les migrations etc..

Cela fait bien sûr longtemps que l’élite mondiale s’y prépare : des personnalités saillantes en parlent depuis des décennies. L’ancien Secrétaire d’État et conseiller Henry Kissinger, dont Klaus Schwab a d’ailleurs suivi les conférences il y a cinquante ans à Harvard, dès les années 1970-80, expliquait qu’après la mondialisation du marché, il faudrait aussi mondialiser la politique. Ancien conseiller principal à la sécurité nationale, Brzezinski parlait de la fin des États souverains, tandis que David Rockefeller évoquait la nécessité d’un gouvernement mondial et que Bush père, dans un discours de 1990, proclamait déjà le Nouvel Ordre Mondial. Tels sont donc

Source: Visegrad Post

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Állásajánlatok
Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó