Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Egy francia Magyarországon - Pierre Waline blogja

Francia születésű, nyugdijas vagyok, Pesten élek. Szeretek itt élni, szeretem Magyarrszágot, a nyelvet, a kultúrát, de jó néha hazamenni Párizsba is. Szeretem a klasszikus zenét. Fontos számomra a kommunikáció, meg a harc az intolerancia és a rasszizmus ellen.

Bof....
Déteste par dessus tout l'intolérance, le nationalisme et le racisme, encore trop répandus...
Mindenek elött a nacionálzmus, az intolerancia és a racizmus ellen szeretnék küzdeni, amelyek sajnos tul gyakori jelenségek a mai világban...

Indíts Te is blogot a francianyelv.hu-n!

Lors d’un récent voyage à Paris, alors que j’attendais mon vol à l’aéroport de Budapest, je remarquai derrière moi dans la queue un jeune couple sympathique. Des Hongrois. Les sentant un peu anxieux, je me présentai à eux, leur offrant mon aide pour tout tuyau, au moins pour les rassurer un peu. A peine avais-je fini ma phrase que fusa la sempiternelle question: „N’est-ce pas, ils ne parlent pas allemand, là-bas...Ou du moins, ils refusent de parler allamand?” Question déjà entendue mille fois. Et qu’ils me posaient franchement sans la moindre hostilité, bien au contraire; tout bonnement parce qu’ils en étaient convaincus.

Amikor utoljára utaztam Párizsba, Ferihegyen állt mögöttem a sorban egy szimpatikus magyar pár. Mivel észrevettem, hogy kissé izgulnak, bemutatkoztam nekik, hátha tudnék segíteni. Erre azonnal hangzott az örök kérdés: „Ugye, ott nem tudnak németül....? ... Vagy inkább tudnak, de nem hajlandók beszélni németül ?” Ezt a kérdést százszor hallottam már. És tényleg semmi rossz indulat nem volt benne, csak egyszerűen azt hitték.

Dans ses Mémoires, Jacques Chrirac écrit en substance: „Alors que le patriote aime les siens, le nationaliste hait l’étranger”. Cette phrase m’est revenue à l’esprit lorsque j’ai récemment assisité à une conférence sur le thème: „Devons-nous être Européens ou Hongrois? Patriotisme et nationalisme.”  (Budapest, Cercle des Libéraux de Buda.)

„Les sanglots longs des violons de l’automne” ... blesseraient-ils vraiment mon coeur languissant ? Entre nous, j’avoue pour ma part que non, quitte à décevoir les poètes . Enfin, ... en trichant un peu, car mon automne à moi, il est vrai, se situerait plutôt en septembre, donc encore dans l’été officiel pour ces Messieurs de l’état civil.

L’attachement que j’éprouve pour la Hongrie et sa langue, est principalement à mettre au compte de quatre personnes. Tout d’abord cette Hongroise que j’ai connue sur mes 19 ans. Puis celle qui fut mon épouse, bien évidemment. Mais je le dois aussi aux deux professeurs qui m’initièrent à la langue hongroise: Aurélien Sauvageot et son successeur Jean-Luc Moreau.

A peine remis de la lecture du chef-d’oeuvre d’Alice Zeniter „Sombre dimanche”, je tombe par hasard sur l’ouvrage d’une autre Alice: „Champs-Él... izé” d’Alice Wonder.


Chaque année, en regardant à la télévision le défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées, je me repose la même question: „Ne devrait-on pas supprimer tout ce cinéma un peu dépassé (et fort coûteux)?" Et chaque fois, j’ai vite fait de me raviser pour m’avouer en secret que, malgré tout, je serais parmi les premiers à le regretter.

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó