Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Egy francia Magyarországon - Pierre Waline blogja

Francia születésű, nyugdijas vagyok, Pesten élek. Szeretek itt élni, szeretem Magyarrszágot, a nyelvet, a kultúrát, de jó néha hazamenni Párizsba is. Szeretem a klasszikus zenét. Fontos számomra a kommunikáció, meg a harc az intolerancia és a rasszizmus ellen.

Bof....
Déteste par dessus tout l'intolérance, le nationalisme et le racisme, encore trop répandus...
Mindenek elött a nacionálzmus, az intolerancia és a racizmus ellen szeretnék küzdeni, amelyek sajnos tul gyakori jelenségek a mai világban...

Indíts Te is blogot a francianyelv.hu-n!

La route menant à l´aéroport (seule voie d´accès) fermée deux heures le matin et deux heures le soir.

Si vous me demandiez ce qu il y a de commun entre Franz Schubert et Gaetano Donizetti, je serais bien en peine de vous répondre, sinon qu´ils furent tous deux nés la même année (1797).

Ha arra gondolunk, hogy 56-ban alig 20 évesek voltak az akkori lázadok, a tőbbségük ma 80 évesen túl vannak. Tehát olyan eseményekről beszélünk, amelyekről leginkább a történelmi tankönyvekből tudnak ma az emberek.

1956-ban 10 éves voltam. Pont ez az a kor, amikor az események mélyen belevésődnek az ember emlékezetébe. Így azokon az októberi napokon is bevésődtek emlékek a fejecskémbe. Például amikor a bátyám éjjel épp egy tüntetésről tért haza, amely a francia kommunista párt és L’Humanité kommunista lap székhelye előtt zajlott. És még egy emlék: egy francia fotós, Jean-Pierre Pedrazzini halála és az utolsó képe amely Paris Match hetilapban jelent meg. Tehát csak annyi? Dehogy!

Nem tudom, hogy hogyan reagáltak máshol Európában és a világon az emberek. De egy dolog biztos: Franciaországban nagy izgalommal követték az eseményeket s nagy lett utána a felháborodás, s nem csak az én családi körömben, hanem országszerte is. Kivéve a francia kommunista párt tagjai többségét. Nagy szégyen, ha visszagondolok erre. De ennél még nagyobb szégyen az akkori kormányunk passzivitása. S nemcsak a francia kormányról, hanem az ún. „szabad világ” összes kormányáról is mondhatjuk.

Először fordult elő, hogy ilyen erővel fellázadt egy nép a kommunista rendszer ellen. Igaz, hogy már voltak felkelések három évvel korábban Csehszlovákiában (Ostrawa, Pilsen) meg Berlinben. Meg 1956 tavaszán Poznańban is, amely következtében Gomułka jutott a hatalomra - pont október 23-án.

Jogosan remélhettek volna a magyarok egy aktív támogatást ill. beavatkozást a nyugat részéről. Jogos vágy, bizony, de teljesen irreális. Ki vállalta volna ezt a kockázatot egy kis országért, amely nem játszott fontos stratégiai szerepet? Senki... A franciák, angolok a Szuezi ügyre hivatkoztak. Az az igazság, hogy csupán azért nem szólt bele senki, mert nem akarták megkérdőjelezni a Jaltai egyezményt. Ilyen egyszerű a dolog, és ne keressünk mentséget! A magyarok ezt nekünk soha nem fogják megbocsátani, és teljesen igazuk van.

De most, több, mint 60 évvel az események után ezen nem tudunk már változtatni. Engem inkább az érdekel, hogy mi a helyzet a mai Magyarországon.

Lehet, hogy tévedek, de az az érzésem, hogy a magyar lakosság többségét ma nem annyira motiválja ez az emléknap, kivéve az, hogy élveznek az emberek egy munkaszüneti napot. Egész másképpen reagál a politikai világ. Mindegyik, akár jobb vagy bal irányzatú, megpróbálja a saját javára kihasználni a helyzetet. Könnyű, amikor az akkori harcolók többsége nincsen már köztük, hogy véleményüket fejezzék ki. Ki tudhatja biztosan, hogy, mit gondoltak akkor? Bizony, mindenki követelt egy többpárti rendszert, meg a sajtószabadságot és a szovjet csapatok távozását. De ezen túl? Némelyek - valószínűleg a többség - maradtak Nagy Imre oldalán. Mások követelték a távozását vagy - egy nosztalgiás kisebbség - kivánták vissza a Horthy rendszert. Hát! Erről nehéz tudni, hogy ki mire gondolt… Egy dolog biztos: a mai vezetők már világosan foglalnak állást Nagy Imre ellen, akit úgy tekintenek mint egy nem kívánatos kommunista. Annyira, hogy a szobrát, amely a Parlament közelében állt, átvitték a város egy majdnem rejtett helyére. Ezt tényleg ki lehetett volna kerülni…

Mégis egy dolog megnyugtat ebben a borús kontextusban: október 23-án Párizsban minden évben összegyűlnek magyarok és franciák a Diadalívnál és együtt emlékeznek. Ilyenkor mindig eszembe jut az akkori 10 éves gyerek és emlékei.

 

Pierre Waline – 2019 október 22.

A supposer qu´ils avaient alors à peine 20 ans, les combattants de 1956 ont aujourd hui plus de 80 ans… Des journées qui, pour la grande majorité, relèvent donc davantage des manuels d´Histoire que du souvenir… Comment ces nouvelles générations abordent-elles cette période? Difficile à dire...

Pour ma part, né avec le baby boom d’après guerre, j’avais 10 ans. Un âge où les événements s’ancrent très profondément dans notre petit crâne pour ne plus en ressortir. Tel est le cas de ces journées d’octobre 1956 dont je garde encore un souvenir très vivant.

Premier souvenir qui me revient en mémoire: celui du retour dans la nuit de mon frère rentrant d’une manifestation devant le siège de l’Humanité et du Parti communiste. Autre souvenir qui nous avait marqués: le décès du photographe Jean-Pierre Pedrazzini et ses dernières photos parues dans Paris Match. Bien peu de choses, somme toute ? Mais non !..

Je ne sais ce qu’il en a été ailleurs, en Europe et dans le monde, mais je peux affirmer qu’autour de moi, ces événements marquèrent profondément l’opinion, et pas seulement dans mon milieu. Seuls s’osbtinèrent dans leur incroyable aveuglement les dirigeants du Parti communiste français et une bonne partie de leurs adhérents. Une honte quand je pense aux réactions observées ailleurs. Autre honte dont nous restons encore marqués: la passivité complice de nos gouvernements. Pas seulement en France, mais dans le monde occidental dit „libre”.

C’était la première fois qu’un peuple se soulevait contre l’oppression du régime communiste. Certes, l’opinion gardait en tête le souvenir d’émeutes qui s’étaient produites trois ans plus tôt en Tchécoslovaquie (Ostrawa, Pilsen) et surtout à Berlin, ces dernières violemment réprimées par les chars russes. Et puis, il y avait eu quelques mois plus tôt cette insurrection des ouvriers polonais de Poznań qui devait déboucher sur l’élection de Gomułka aux commandes de la Pologne, précisément le 23 octobre. Mais rien à voir avec ce qui se passait en Hongrie.

On eût pu donc espérer un soutien de l’Ouest. Ne rêvons pas ! Qui allait risquer un conflit ouvert pour ce „petit” pays, certes attachant, mais sans véritable enjeu stratégique? On a souvent invoqué la crise de Suez comme excuse pour expliquer la non intervention, du moins des Français et Britanniques. Non. Il s’agissait tout simplement de ne pas remettre en cause les accords de Yalta et surtout de ne pas prendre de risque „inutile „ pour „une poignée d’insurgés”. Les Hongrois ne nous le pardonneront jamais et ils ont raison.

Il serait peut-être plus intéressant de faire un bond plus de 60 ans en avant pour nous replacer, face à ces événements, dans la Hongrie actuelle. Si, du moins à ce que je ressens, la majorité se montre, sinon indifférente, du moins peu motivée par ce souvenir, sinon que de profiter d´un jour férié bienvenu (1), il en va tout autrement de la gent politique où chacun tente d´exploiter l´évènement à son avantage. Ces messieurs, de droite et de gauche, se réclamant fièrement héritiers des combattants d´alors. Facile à dire, quand beaucoup ne sont plus là pour réagir… Car, qui peut vraiment savoir ce que pensaient réellement les combattants de l´ époque. Certes, tous partisans d´un régime pluripartite, d´une presse libre et du départ de l´occupant soviétique. Mais au-delà ? Certains, probablement la majorité, demeurant fidèles à la personne d´Imre Nagy, d´autres souhaitant au contraire son départ, qu´ils fussent partisans du cardinal Mindszenty (2) ou, plus radicaux, nostalgiques du régime d´avant-guerre. Allez savoir! Toujours est-il que les dirigeants actuels n´hésitent plus à prendre position contre Imre Nagy, taxé d´infréquentable communiste, au point d´avoir déboulonné la statue qui le représentait à proximité du Parlement pour la reléguer dans un coin retiré de la ville. Un geste dont ils auraient pu se passer…

Face à cette situation confuse, une petite consolation: chaque année, l’anniversaire fait l’objet d’un rassemblement sous l’Arc de Triomphe où se retrouvent plusieurs centaines de participants pour honorer la mémoire des combattants de 56. Voilà qui nous soulage un peu du poids jeté sur notre conscience collective. Je retrouve alors le jeune Parisien de 10 ans et les souvenirs encore si vivants qu’il a laissés au senior de 2019, devenu Budapestois, de fait et de coeur.

 

Pierre Waline - 22 octobre 2019

 

( 1): déclaré jour férié en 2006 à l´occasion du 50ème anniversaire.

(2): Mindszenty – libéré de prison par les manifestants - qui, en dépit de son orientation conservatrice, fit preuve d´un comportement courageux pendant la guerre, abandonnant en protestation son patronyme à consonnance germanique (József Pém), puis prenant la défense des Juifs et s´opposant farouchement aux Croix Fléchées au point d´avoir été emprisonné (1944-45).

 

 

Savez-vous qui étaient les „Kiptchaks” ? A ma honte, j´avoue personnellement l´avoir ignoré jusqu ici… Jusqu´au jour où, assistant récemment à Bakou au Conseil turcique (Conseil des États turcophones), le Premier ministre hongrois a transmis aux membres présents le „salut de leurs frères kiptchaks de Budapest”. Était-ce de l´humour ou, plus vraisemblable, était-ce à demi sérieux ? En tous les cas, voilà qui prête à sourire et, comme l´on pourra aisément l´imaginer, fait ici l´objet de plaisanteries diverses, du moins chez les mauvais esprits.

En voilà qui pourrait en faire rougir plus d´un d´envie : arrivé depuis six ans à peine en Hongrie, ne sachant alors pratiquement pas un mot de hongrois, notre ami parle aujourd´hui couramment cette langue, pourtant réputée ardue, et ce sans accent. Mais ce n´est pas tout, également doté d´un talent de rédacteur évident. A croire que des bonnes fées se sont penchées sur son berceau là-haut, dans sa Savoie natale… Nous avons nommé Joël Le Pavous, jeune journaliste free lance établi à Budapest.

A  peine rentrés d´une tournée chaleureusement accueillie aux Etats-Unis, en passant par Copenhague et Merano, les membres de l´Orchestre du Festival de Budapest (BFZ) n´ont gère pris le temps de souffler. Pour se lancer dans la campagne hongroise et y donner une série de concerts gratuits dans le cadre d´une semaine dite „des Communautés” (1). Rien de nouveau, à vrai dire, car c´est là une habitude prise depuis maintenant cinq années. Non pas l´Orchestre au grand complet, certes, mais presque, avec sa formation de chambre, soit soixante musiciens qui, d´Est en Ouest, du Nord au Sud, auront sillonné le pays.

Des concerts destinés à mettre la musique à portée d´un public éloigné de la capitale, mais aussi à la faire découvrir auprès de milieux auxquels elle n´est guère accessible, tels les enfants des hôpitaux ou encore leurs aînés des maisons de retraite. „Notre but étant de délivrer, par la musique, un cadeau aux malades, à celles et ceux qui, éloignés de la capitale, n´ont pas les moyens de s´offrir un concert ou tout simplement n ´ont pas encore goûté au plaisir qu´elle procure.” „Cadeau” présenté aux enfants sous forme ludique pour mieux les sensibiliser.

Des concerts également donnés dans les églises (Bach joué sur instruments d´époque) et synagogues (musique klezmer). Vu le nombre des sites visités, nous ne pouvons en fournir ici la liste qui serait trop longue. Une initiative du chef Iván Fischer qui, pour le lecteur français, n´est pas sans rappeler ce que Jean-Claude Casadessus déploie dans sa région.

Puis, pour démarrer en beauté la saison à Budapest, l´Orfeo de Monteverdi (2), l´Italie étant cette année le pays hôte de l’opération „Passerelles en Europe”. Un Orfeo musicalement adapté et mis-en-scène par Iván Fischer sous le titre „La favola d Orfeo” (La fable d´Orphée). Pour ce faire, Fischer a choisi une distribution internationale de haut niveau avec entre autres, aux côtés de la soprano hongroise Emőke Baráth, connue du public parisien (3), le ténor italien Valerio Contaldo et notre compatriote Cyril Auverty, découvert au Festival d´Aix, poulain de William Christie. Connaissant le goût et les aptitudes de Fischer, toujours friand de trouvailles originales, pour ce type de production, donnons à parier que le public ne s´ennuiera pas! En témoigne la vente de toutes les places, parties plusieurs semaines avant la représentation.

 

 

 

Moins connu que Monteverdi, voire quasiment inconnu du grand pubic, c´est par un compositeur baroque français que György Vashegyi, à la tête de l´orchestre Orfeo et du Choeur Purcell, a choisi d´ouvrir la saison: Jean-Baptiste Moyne, dit Lemoyne (1751-1796) avec son opéra Phèdre d´après la tragédie de Racine. Présenté ici comme une première depuis sa création dans sa version intégrale, Phèdre avait déjà été récemment donné en France (Limoges) et, sous forme réduite, au Théâtre des Bouffes parisiens. Grand connaisseur de la musique baroque française, travaillant en étroite relation avec le Centre de Musique baroque de Versailles, Vashegyi s´emploie inlassablement à la faire découvrir et apprécier auprès du public hongrois. (Il consacre chaque semaine un émission de popularisation sur les antennes de la radio.)

Ici également, Vashegyi n´a pas lésiné pour nous offrir une équipe de qualité spécialisée dans ce type de répertoire. Tous se produisant régulièrement sur les scènes françaises. Aux côtés de la soprano hollandaise Judit van Wanroij et du baryton grec Tsassis Christoyanis, nos compatriotes Melody Loulejian (soprano), Julien Behr (ténor) et Jérôme Boutillier (baryton). Connaissant la qualité de l´orchestre et des choeurs, ici épaulés par une brochette de solistes éprouvés, parions que le public ne sera pas déçu… (4)

Une saison qui débute donc sous de bons auspices….. Une apparition inédite à noter dans le programme de l´Orchestre du Festival: la fille du chef, Nora Fischer, mezzo-soprano, dans un concert Berio-Bach/Respighi. Quant aux Français résidents ou de passage à Budapest, signalons à leur attention la venue du pianiste Jean-Efflam Bavouzet (Mozart) et de René Capuçon (Tchaïkowsky) début octobre et début novembre. Parmi les temps forts signalons encore les venues d´Elisabeth Leonskaia (Beethoven), Marek Janowski (Beethoven, Schumann) et de Jorgi Savall (Marais, Vivaldi, Telemann), hôtes réguliers. Enfin, à noter sur nos tablettes: un concert que Fischer et son ensemble donneront le 19 mai à la Philharmonie de Paris avec András Schiff dans les 2ème et 3ème concertos de Beethoven.

De belles soirées, donc, en perspective...

 

PW – 5 septembre 2019

 

(1): du 3 au 10 septembre.

(2): les 18 et 20 septembre au Palais des Arts (Müpa).

(3): pour s ´être produite au Théâtre des Champs-Élysées dans un autre Orfeo, celui de Gluck.

(4): en version concert le 11 septembre au Palais des Arts (Müpa).

 

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó